Les mille saveurs de l’Asie

L’Asie ne cesse de surprendre les voyageurs tant par la beauté des paysages qu’elle renferme, que par sa richesse culturelle. Cette richesse culturelle se retrouve dans l’assiette puisque la cuisine asiatique est l’une des plus diversifiée du monde. Stands de rue, restaurants gastronomiques, étales de marché, barbecues sur la plage, il y en a pour tous les goûts et tous les budgets.

Une des particularités de la cuisine asiatique est la richesse de ses influences : cuisine chinoise, indienne, musulmane ou plus ancienne datant  de l’époque de Sukhothai pour la cuisine thaïlandaise par exemple. Les plats varient énormément d’un pays à un autre ou d’une région à une autre : cuisine épicée au Nord-Est de la Thaïlande, plats à base de poissons et de crustacés dans le sud et aux Philippines, ou encore légumes vapeurs et poisson cru au Japon. Chaque pays d’Asie possède ses propres caractéristiques culinaires,  mais on y retrouve tout de même une base commune en termes d’aliments, ou d’assaisonnements.

Aliment central de la cuisine asiatique : le riz. Gluant, blanc, noir, pilé, au jasmin, au gingembre, il en existe plus de 150 000 variétés ! Considéré comme l’âme du continent asiatique on ne le retrouve pas uniquement dans la nourriture, mais également dans les rites religieux, la vie sociale ou le langage comme au Japon, où l’idéogramme qui représente le riz symbolise également l’immortalité, la pureté et l’abondance. Dans d’autres pays d’Asie, les termes « riz », « manger » ou « manger du riz » se confondent. L’Asie concentre 92% de la production mondiale de riz, dont une grande partie est consommée sur place.

2ème élément indispensable : les épices. Gingembre, citronnelle, piment, curry, safran, cumin, galanga, curcuma, la cuisine de plats asiatiques nécessite bien souvent un grand nombre d’épices. La cuisine du Laos par exemple, se caractérise par l’utilisation de plus de 120 herbes aromatiques et de piments. Il existe plus de 40 sortes de piments en Asie. Les plats sont plus relevés dans certaines régions comme le Nord-Est de la Thaïlande ou l’Inde.

On retrouve beaucoup de poissons et de crustacés dans les plats asiatiques. Cru sur les sushi japonais, grillé à la broche sur les plages des Philippines, ou encore en soupe en Thaïlande, le poisson se cuisine sous toutes les formes. Et les nombreuses soupes, noodles ou riz fris que l’on retrouve en Asie sont souvent proposées avec des crevettes.

 

Les fruits sont le dessert idéal en Asie notamment lorsque les températures dépassent le 35°C, il n’y a rien de plus rafraichissant que de déguster le jus d’une noix de coco bien fraîche lorsque le thermomètre s’affole ! Mais la noix de coco n’est pas le seul fruit que l’on trouve en Asie, bien au contraire : ananas, litchi, ramboutan, durian, fruit du dragon, il est difficile de choisir tellement il y a de fruits différents et parfois « inconnus » pour nous. Le ramboutan, aussi appelé litchi chevelu (ou poilu), est un fruit rose à poil verts qui se rapproche beaucoup du litchi en terme de goût et d’apparence une fois la peau enlevée. Le durian a lui la particularité de sentir très très très mauvais pour les étrangers, peu habitués à son fumée unique. Certains parlent d’un mélange de fromage et de purin… Quant au fruit du dragon c’est un fruit rose à l’extérieur et à la chair blanche tachetée de petites graines noires. On trouve ce type de fruits un peu partout en Asie du Sud –Est : marché, marchands ambulants, supermarchés etc.

Pratique culinaire originale, on retrouve dans certains pays d’Asie comme le Laos, le Cambodge ou la Thaïlande, des insectes dans les plats. Non pas qu’un cafard se soit égaré dans vos noodles, non, les insectes cuits sont considérés comme des petites gourmandises et font partis des ingrédients utilisés dans la cuisine de certaines régions. Scorpions en sucettes, vers à soie fris, sauterelles grillés, si vous voulez faire le plein de protéines, profitez-en !

Les commentaires sont fermés.

x