Les voilà, les résultats du coucours photo Evaneos-Voyage authentique !

Vous avez posté plus de 110 photos ! Merci à tous pour votre participation. Vous avez tous joué le jeu jusqu’à la fin et on vous en remercie.

J’espère que ces photos vous ont fait voyager et surtout qu’elles vous ont données envie de voyager autrement, au contact des communautés locales, hors des sentiers battus et en prenant le temps de découverte.

1er prix :

C’est donc Christelle Picard qui gagne le week-end pour 2 personnes au Portugal  avec sa photo de « l’Ethiopien »

 

Ethiopien

2eme prix :

Très bon challenger, il a longtemps fait la course en tête avant de se faire dépasser sur la fin. Julien Leclerq avec « La face cachée de Florence » remporte le second prix : un album photo  A5 paysage livre souple 21×14,8.

La face cachée de Florence

3eme et 4eme prix : un album photo  A5 paysage livre souple 21×14,8.

Avec plus de 100 votes, c’est Pierre Reinisch avec sa photo de « Wallis et Futuna » qui se place 3ème

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Et en 4eme place on retrouve « la petit fille de Chiang Mai » par Marine Thaburet

Petite fille en Thailande

 

Les gagnants peuvent m’envoyer un mail (alexis @ evaneos.com) pour recevoir leur lot et nous envoyer l’original des photos pour que l’on puisse les encadrer dans nos locaux !

 

 

Profitez de la douceur de septembre sur la côte de la mer Noire pour faire le plein de soleil et de musique ! Du 15 au 18 septembre, la petite ville côtière de Koktebel en Crimée vous invite pour son festival de jazz annuel. Nature luxuriante, plages féeriques et ambiance bon enfant vous attendent pour cet événement musical incontournable. Dans sa pure tradition artistique, Koktebel accueillera à l’occasion du festival des groupes ukrainiens, russes, mais aussi allemands, autrichiens et américains. Vous pouvez profiter de votre séjour pour découvrir cette ville enchanteresse où séjournèrent de nombreux artistes, dont Gorki, Tolstoï et Tsvétaïeva, ainsi que pour visiter les magnifiques palais situé tout au long de la côte.

Notre agent local organise votre arrivée, vos transferts et votre séjour sur place dans un petit hôtel familial à quelques pas de la plage.

Programme et devis à la demande à Marie notre agent local en Ukraine qui se fera un plaisir de vous organiser un merveilleux séjour en Ukraine rythmé par ce festival.

Savez-vous combien dépense votre famille chaque semaine en épicerie ?

Certains me diront « facile! je sors mon petit carnet et je te dis ça tout de suite », d’autres répondront « euh… voyons… une centaine d’euros peut-être? non? plus? » Quant aux derniers, ils n’ont aucune idée ou une idée trop vague pour s’aventurer à répondre un nombre… (et j’en ferais sûrement parti)

Mais quelle serait votre réaction si je vous demandais ce que consomme une famille en Equateur? en Egypte? voir même en Pologne? et bien c’est le pari que s’est lancé un photographe américain. Peter Menzel, de son nom, a donc parcouru la planète muni de son objectif pour immortaliser le mode de vie de chaque population.

Le résultat de son voyage? Un photo-reportage passionnant et bouleversant sur les habitudes alimentaires à travers le monde.

A chacun son mode de vie !

Lire plus

3 gars, 44 jours, 11 pays, 18 vols, 38 mille miles, une éruption volcanique, deux caméras et près d’un téraoctet de séquences…

C’est ce qu’il a fallu à ce jeune voyageur talentueux et débordant d’imagination pour créer Move, Learn et Eat ( trois courts métrages racontant les voyages, les rencontres et les découvertes que l’on peut faire au cours d’un vie).

Je ne sais pas dans quel état vous serez après avoir vu ces vidéos ( et tout particulièrement la vidéo « Move » ), mais moi, si je n’avais pas eu une envie irrésistible de les revoir une deuxième fois puis une troisième fois, je serais déjà parti loin… très loin, à la recherche de tous ces plats et de tous ces paysages fabuleux! 🙂

3 vidéos qui vous donneront envie de vous filmer pendant vos prochains voyages…

 

Pour faire le point sur la situation en Afrique de l’Est et plus particulièrement en Ethiopie, nous avons demandé à Yared, notre agent local en Ethiopie de nous décrire son quotidien :

« Les organisations internationales, relayées par les médias occidentaux tirent la sonnette d’alarme : famine dans la corne de l’Afrique. Vivant au quotidien en Éthiopie, pays de la Corne de l’Afrique, nous souhaitons parler de notre réalité à ce propos.

Depuis deux mois, nous vivons sous la pluie. La grande saison des pluies, que l’on appelle kerämt, est arrivée en temps et en heure et fournit à la grande majorité du pays l’eau qui va lui être nécessaire pendant un an. Même si notre pays ne croule pas sous l’opulence, aujourd’hui, nos paysages sont extrêmement verdoyants, le calendrier agricole est respecté, les animaux se repaissent d’herbe fraîche et la population peut faire face à ses besoins alimentaires.

Alors que la majeure partie de l’Ethiopie est sous la pluie, la région de l’Ogaden, souffre de la sécheresse et des mouvements migratoires des populations somaliennes fuyant leur pays ravagé tant par la sécheresse que la guerre.

La Somalie, le pays, est l’épicentre de cette famine et du fait d’une situation politique précaire, ce pays est le plus touché. « En Somalie, les rebelles islamistes shebabs ont déclaré (…) que les humanitaires n’étaient toujours pas les bienvenus dans le sud du pays qu’ils contrôlent. Une région où les Nations unies ont déclaré l’état de famine, alors que le pays fait face à la sécheresse la plus grave de ces soixante dernières années » (La faim dans les médias, 25 juillet 2011 – http://fr.wfp.org/actualites/faim-dans-les-medias).

Pour l’Ethiopie, la situation politique est différente et les interventions humanitaires relativement possibles et effectives. Nous ne vous apprendrons rien sur la situation politique en Éthiopie, informations que vous trouverez partout sans difficulté, cependant, force est de constater qu’alors que des révolutions populaires agitent ses pays voisins – Égypte, Yémen, etc – la population éthiopienne ne manifeste pas de mécontentement contre son gouvernement. Cette stabilité politique dans l’ensemble du pays ne s’applique qu’en partie à l’Ogaden. En effet, la province de l’Ogaden est le théâtre régulier d’opérations de guérilla menées depuis 1984 par le Front national de libération de l’Ogaden (ONLF). Cette organisation est en lutte pour l’indépendance de la région. L’Ogaden est le siège d’un conflit armé depuis de nombreuses années entre le gouvernement éthiopien et le FNLO. De ce fait cette province n’est accessible aux organisations humanitaires que de façon contrôlée, en fonction des mouvements militaires et de guérilla. De par cette situation politique et aussi de par sa géographie, l’Ogaden, est une région relativement isolée. Naturellement aride, la plupart de la population vit de l’élevage de bétail.

De ce fait, c’est une région dans laquelle nous nous rendons très rarement. En tant qu’agent local, nous n’organisons pas de circuit dans cette région.

Néanmoins, récemment deux de nos chauffeurs, ont accompagné des membres d’ONG. Au-delà de la sécheresse, ils ont noté la grande difficulté d’accueillir les milliers de somaliens alors qu’il n’y a que très peu d’aide alimentaire, les ONG étant insuffisamment nombreuses. A leur retour nos chauffeurs, avec l’humour qui est le notre parfois quand nous sommes confrontés à des situations si éprouvantes, nous disaient qu’il y avait plus de journalistes que d’ONG…

L’Ethiopie et la région de la Corne souffrent trop régulièrement de famine pour que nous nous permettions de la minimiser. Cependant, suite à la dernière grande famine qu’il y a eu dans cette région dans les années 80, ces images de personnes faméliques, d’enfants aux côtes saillantes, de cadavres d’animaux nous sont toujours associées. Il est important de ne pas faire d’amalgame. L’Ethiopie est un grand pays, sa superficie est égale à deux fois celle de la France et toutes ses régions souhaitent vous faire profiter de ses splendides paysages, de ses populations, de ses sites et de toutes ses richesses.

En tant que organisateur de circuits, nous souhaitons vous montrer toutes les richesses dont l’Éthiopie recèle sans pour autant vous dissimuler ce qu’est l’Éthiopie. Voyager en Éthiopie, c’est être accepter d’être bouleversé. Bouleversé par les paysages inattendus que vous allez traverser, bouleversé par les sites témoins d’une glorieuse histoire, bouleversé par les rencontres inopinées que vous allez faire, mais aussi bouleversé par des situations de pauvreté. Ces dernières vous bouleverseront d’autant plus qu’elles n’appartiennent plus (ou presque plus) au monde occidental. Pour autant doit-on arrêter de voyager en Éthiopie ? Pour de nombreux intellectuels, le tourisme est une opportunité exceptionnelle pour les pays du Tiers-Monde afin d’obtenir des ressources financières supplémentaires, des emplois nouveaux, la diversification et la modernisation de leur économie, la valorisation du patrimoine. Le tourisme contribue pour beaucoup à la balance des paiements des états et est une activité faisant appel à de nombreux travailleurs, pouvant ouvrir des perspectives aux petites entreprises fournissant produits et services. Son poids se fait particulièrement sentir au niveau local dans l’agriculture, la pêche, l’artisanat et même le bâtiment. Dans les pays de l’hémisphère Sud, le tourisme crée un grand nombre d’emplois directs et indirects. C’est là aussi un terrain propice pour les initiatives du secteur privé. Il sert d’amorce au développement de l’économie de marché, qui permet l’expansion et la prospérité des petites et moyennes entreprises. Dans les zones rurales pauvres, il constitue souvent la seule solution face au déclin de l’agriculture de subsistance.

Lorsque vous venez en Éthiopie, nous désirons vous faire partager nos cultures, notre histoire et tous nos trésors. Pour cela, afin d’apporter les conditions optimales de sécurité de nos voyageurs et de nos équipes, nous travaillons en étroite collaboration avec notre ministère de tutelle et les autorités locales  pour organiser des voyages de qualité et en toute sécurité. La qualité de notre travail est reconnue par l’ambassade de France en Éthiopie. Nous désirons aussi contribuer au développement de notre pays, qui pour nous, à notre échelle, passe par le tourisme. Pour que cela soit une réalité et que celle-ci concerne un maximum de personnes, nous développons nos partenariats avec les associations de villageois qui s’organisent pour l’accueil de touristes, avec les associations locales investies dans le tourisme. À ce jour, notre travail reste modeste mais comme on dit en Éthiopie « kas bäkas enculal bäagueuru yhedal » (Petit à petit, l’œuf marche sur ses pattes, l’équivalent de : Petit à petit, l’oiseau fait son nid) !

Si vous souhaitez faire un don pour aider à lutter contre la famine dans la Corne de l’Afrique, rendez-vous sur www.infodon.fr. »

Un grand merci à Yared pour son article et sa démarche positive !

Cela fait maintenant 1 mois que le concours photo a débuté et c’est une réussite !

Vous avez posté plus de 80 photos ! Merci à tous pour votre participation

Pour l’instant, voici le classement intermédiaire sur les 6 premières photos :

1. En tête avec 57 votes, et une montée fulgurante, nous retrouvons Julien Leclercq et sa photo de la face cachée de Florence.

La face cachée de Florence

2. En seconde position, nous avons l’Éthiopien envoyée par Christelle Picard avec 50 votes.

Ethiopien

 

3. Avec 36 votes et toujours en Ethiopie, nous partons sur le plateau du Meket grâce à Marie Moreau.

Le plateau du Meket (Ethiopie)

 

4. Loulou Bleue nous emmène au Sri Lanka avec sa « douche avec les villageois » (35 votes)

Douche avec les villageois

5. Une très belle photo en noir et blanc d’une petit fille en Thaïlande à Chiang Mai remporte 28 votes (photo de Marine Thaburet)

Petite fille en Thailande

6. En 6ème position, découvrez la très belle histoire du pêcheur du Lac Inlé par Voyages etc… (27 votes)

Le pêcheur du lac Inlé

Rien n’est joué pour l’instant, il vous reste un mois pour demander à vos amis de voter pour votre photo. Le classement est serré et tout est possible !

Alika, agent local en Ouzbékistan, nous rassure sur la situation après le tremblement de terre du 20 Juillet

« Chers Amis bonjour,

Suite à de nombreuses demandes au sujet la situation de l’Ouzbékistan (particulièrement de la région de Tashkent et de la vallée de Ferghana) après le tremblement de terre du mercredi dernier, nous tenons à vous informer et vous assurer que ce phénomène n’a aucunement influencé sur l’activité touristique de la région.

En plus, suite à la fin de « tchillya », la période de 40 jours de grande chaleur, en Ouzbékistan la saison touristique a débuté. Le pays a commencé à recevoir des touristes étrangers avec sa fameuse hospitalité ouzbèque!

Soyez les bienvenus en Ouzbékistan ! »

————————————————

Tremblement de terre a eu lieu en Ouzbékistan

Le 20 juillet, à 0 heure 35 minutes de nuit, le tremblement de terre a été enregistré sur le territoire de l’Ouzbékistan, dont l’épicentre s’est trouvé à 235 km au sud-est de Tachkent, dans la zone frontalière du Kirghizistan et du Tadjikistan. Sa magnitude a composé 6,5-7 sur l’échelle de Richter, selon la station sismique de Tachkent.

L’intensité du séisme sur l’échelle MSK a fait 5 dans la ville de Tachkent, ainsi que dans les provinces d’Andijan et de Ferghana, et 4 dans la province de Sourkhandaria (au sud) et 3 dans la province de Samarkand.

Selon le Ministère d’Urgence de l’Ouzbékistan, le tremblement de terre a causé des dommages à certaines vieilles maisons dans les régions de Rishtan, Bagdad et Ouzbékistan de la province de Ferghana.

Conformément à la résolution du Président de l’Ouzbékistan, Islam Karimov, le gouvernement prend des mesures opportunes pour éliminer les conséquences de la situation d’urgence et fournit l’aide nécessaire aux personnes affectées.

L’administration du pays a exprimé ses condoléances aux membres de la famille et aux proches des victimes du tremblement de terre.

Sources : le Ministère d’Urgence de la République d’Ouzbékistan

 

Hier, nous avons eu la chance pour la 1ère édition des ApriTrips d’Evaneos de recevoir dans nos locaux des blogueurs globe-trotteurs. Certains ont fait le tour du monde, d’autres l’ont fait par petits bouts mais tous ont les mêmes passions : le voyage, les rencontres et l’aventure. Ça tombe bien ce sont aussi les valeurs que l’on veut transmettre à travers nos voyages sur mesure.

Mais qu’est ce qu’un ApériTrip ?

C’est avant tout un moment convivial autour d’un bon repas et d’un bon verre. Hier, c’était saveur du monde et champagne !

C’est aussi un moment de partage autour du voyage : chacun racontait ses anecdotes sur son voyage.

En une soirée, on est parti à La Paz, au Sri Lanka, en Birmanie, en passant sur le Mékong au Laos,  et en finissant  par un trek au Népal ! Merveilleux !

Notre ambition est de faire des ApériTrips d’Evaneos un rendez-vous régulier pour échanger de façon concrète sur le voyage.

Nous voulons réunir nos agents locaux, nos voyageurs, nos futurs voyageurs, nos partenaires et tous les passionnés d’aventure et de rencontre autour d’un thème ou d’un pays.

Si vous voulez être tenu au courant du prochain ApériTrip, vous pouvez m’envoyer votre email à alexis @ evaneos.com

 

 


Voyage sur-mesure Panama

Notre agent local au Panama, America vous présente l’ecolodge qu’elle inclut  dans ses itinéraires de voyage. Cet écolodge se trouve sur l’île de Gobernadora  dans la région de  Veraguas.

America - Agent local Evaneos

America – Agent local

Sur une île de l’océan Pacifique duPanama, à proximité de parc national de Coiba, patrimoine mondial naturel de l’UNESCO, se trouve Art Lodge, un eco-lodge créé par un couple d’artistes français avec une majorité de matériaux recyclés. Ces derniers appliquent complètement le tourisme durable sur l’île de Gobernadora,  avec la formation de personnel local non seulement pour le fonctionnement du lodge, mais aussi avec la création d’ateliers d’artisanat dans le village.

Atelier de fabrication artisanal - Panama

Atelier de fabrication artisanal

Nous soutenons le projet de tourisme durable avec Art Lodge et la communauté de l’île de Gobernadora. Nous aidons à promouvoir et à intégrer les produits artisanaux produits par la communauté dans les séjours.  Mais aussi nous apportons notre aide dans la recherche de financement pour le développement de cette coopérative de production d’artisanat à base de matériaux recyclés et pour un projet de développement de la production de vanille dans l’île.

Nous assurons la promotion du lodge lors de salons, auprès de différents médias et de ses actions depuis sa création. Nous intégrons dans la mesure du possible un cadeau d’artisanat durable, même si les clients ne se rendent pas à Art Lodge. Nous vendons l’artisanat produit par le lodge dans nos bureaux et lors de salons.

 

L’OUZBEKISTAN, PAYS AU CARREFOUR DES CIVILISATIONS

L’Ouzbékistan, quelles émotions vous évoque ce pays ?

Pour moi l’Ouzbékistan c’est un pays de pastèques et de melons, mais aussi un pays qui a une chaleur humaine époustouflante et  des femmes d’une beauté bluffante ! Depuis mon enfance j’avais toujours entendu parler de ce pays car j’ai grandi en Asie centrale, en Kirghizie. Tous nos fruits et nos légumes venaient de la région de Ferghana , Farg’ona en ouzbek.  La vallée fertile qui se trouve à l’est de l’Ouzbékistan et qui est limitrophe avec mon pays natal.

Mais en plus de mes souvenirs d’enfance,  j’ai eu l’occasion de visiter ce pays majestueux  quand j’étais au lycée. Et j’ai découvert un pays qui était au carrefour des civilisations. Un pays qui a vu son histoire changer  à une  grande vitesse, comme d’autres pays de cette zone.  Un pays actuellement laïc mais musulman dans son passé. Cet islam est un mélange des traditions religieuses et culturelles plus anciennes avec des réminiscences de mazdéisme, de zoroastrisme, de chamanisme et de traditions liées à la vie nomade de certains endroits. Dans l’ensemble, l’Ouzbékistan pratique un islam  » light « , très tolérant et ouvert. Seulement quelques mosquées de la vallée de Ferghana sont fermées aux femmes. La tradition d’accueil et d’hospitalité est une constante en Asie centrale. Il n’est pas rare pour un voyageur de se faire inviter à manger et à dormir par l’habitant pendant plusieurs jours de suite. La règle musulmane, concernant l’hospitalité, veut que durant trois jours, on soit hébergé par l’hôte, on rencontre sa famille et ses voisins.

Voyages solidaires en Ouzbékistan :

L’Ouzbékistan est l’un des rares pays qui restait  plus ou moins ouvert  aux touristes même  à l’époque du rideau de fer. C’est sûrement dû à son passé des caravansérails de l’époque de la route de la soie qui a laissé tant des chef-d-œuvres d’architecture qui attiraient  des voyageurs de tous les coins du monde depuis toujours. L’Ouzbékistan était une étape clé de la route de la soie et le reste jusqu’à présent.

Aujourd’hui on retrouve l’offre  touristique sur l’Ouzbékistan chez presque tous les voyagistes. Evaneos n’est pas unique sur ce point-là mais l’est sur le programme de ses circuits. En effet,  Alika, notre agent local en Ouzbékistan,  engagée en développement durable de sa région a élaboré des  voyages solidaires qui passent par Mitan.

Mitan c’est un petit village situé dans le vaste et splendide district de Samarkand, à 60 km de la célèbre oasis. Peu d’étrangers connaissent ce village, éloigné des grands axes touristiques. La région, au cœur des grandes steppes, est également une terre de contrastes qui cache des sentiers secrets traversant de magnifiques villages aux maisons en pisé, où la vie semble s’être arrêtée il y a quelques siècles.

A Mitan il n’y a qu’un seul chemin de terre qui traverse le village et qui n’est parcouru que par des aksakals (anciens très respectés), chevauchant leur âne. Les villageois sont majoritairement agriculteurs (culture du coton, horticulture) et éleveurs (bétail, vers à soie, abeilles).

Le cadre est enchanteur et le contact et l’échange avec la population locale se font facilement. L’accueil toujours agréable et ouvert permet de partager avec un plaisir perceptible tous les secrets du village ouzbek et de ses habitants.

Quelques astuces à connaître avant de partir en Ouzbékistan :

Et pour finir, voici quelques astuces envoyées par Alika qui vous permettront d’échanger plus avec la population locale et comprendre mieux certains aspects de la vie ouzbek :

Le plov  – c’est le plat traditionnel ouzbek, à base de riz sauté, de carottes et de viande de boeuf ou de mouton. Il existe une centaine de recettes de plov différentes : ajout de raisin sec ou de l’ail, accompagnement de feuilles de vigne farcies ou de coings… Il est cuisiné pour chaque grande occasion ccomme pour un mariage, une circoncision ou l’accueil d’un invité dans la maison.

Assalomu-Alaïkoum (« que la paix soit avec vous ») est la forme de salutation commune à tous les pays musulmans, à laquelle vous répondez Waalaïkoum-salam (« ainsi qu’à vous-même »).

Les aksakals (« barbes blanches ») sont ceux qui dirigent les conseils de quartier ou les makhallas. Les personnes âgées jouissent d’un grand respect dans la communauté ouzbek.

Non – le pain traditionnel ouzbek est connu dans toute l’Asie centrale. Il se présente sous la forme d’une large galette ronde et plate, faite de farine de blé et saupoudrée de graines de sésame. En Asie centrale, le pain est un aliment sacré : le rituel impose au chef de la famille de rompre la galette en plusieurs morceaux, puis répartir entre les convives.

Le thé vert ou « kok tchoï » est une véritable religion, et le servir est une grande cérémonie ; il est mélangé en étant trois fois versé dans le bol traditionnel, et trois fois reversé dans la théière. On ne remplit complètement le bol d’un convive – cela signifie qu’il est temps pour lui de partir – mais plutôt servir moins et plus souvent.

Nomadement vôtre,

Sedep

x