Interview Blogueur : Laetitia Roggero

Quelle est ta devise de voyage ?

« On voyage pour changer, non de lieu, mais d’idées. » (H. Taine).

Quelle est l’expérience de voyage qui t’a le plus bluffé ?

Assister à la migration des raies mantas en Baja California, au Mexique. Après deux heures de route depuis La Paz, sur des chemins de terre plutôt chaotiques, nous voici au bout du monde: le parc national de Cabo Pulmo. Nous nous dépêchons de prendre un bateau afin de s’approcher des baleines déjà aperçues depuis la route. Malheureusement, les énormes mammifères semblent être timides aujourd’hui… Le capitaine de l’embarcation décide de nous emmener dans un autre spot du parc. Et là, sous nos yeux un spectacle féerique… A la surface de l’eau, nous découvrons le ballet des raies mantas qui surgissent et replongent dans l’océan. Notre guide nous invite alors à plonger pour découvrir ce qui se cache sous nos pieds. Notre équipage est assez divisé, les raies mantas ne possèdent-elles pas un dard mortel pour les humains ? Les quelques courageux, dont je fais partie, décident de se jeter à l’eau avec masque et tuba. Nous ne sommes pas déçus du voyage: un immense champ de raies s’étend à perte de vue ; je me sens minuscule, tellement privilégiée de pouvoir assister à cet évènement.

La rencontre de voyage la plus marquante ?

L’une de mes colocataires mexicaines, Perla. Une vraie force de la nature tout en étant d’une gentillesse et d’une patience exceptionnelle. En bonus, Perla m’a initié à la cuisine mexicaine et particulièrement à son Guacamole, un vrai délice ! Son secret: la coriandre ajoutée à la purée d’avocats, ça change tout.

Le trajet le plus marquant ?

100km à vélo au coeur de l’Irlande. Le lendemain de mon arrivée, on me propose une “ballade” à vélo de Tipperary au Lough Derg. A vol d’oiseau, cela ne paraît pas très éloigné, ça devrait donc aller comme sur des roulettes. Quelle erreur ! Pédaler sur une centaine de kilomètres à travers des chemins vallonnés, a été un vrai défi pour la grande sportive que je suis. Mais je le referais sans hésiter ; quelques douleurs musculaires valaient bien la beauté des paysages traversés!

Quel est l’endroit le plus bizarre dans lequel tu as dormi ?

Dans une ancienne prison à Québec transformée en auberge de jeunesse. Une expérience insolite que je me remémore souvent avec mes anciens compagnons de cellule.

Quelle est la chose la plus bizarre que tu aies mangée ?

Des criquets grillés, ça craque sous la dent comme des biscuits apéro.

Ton plus grand moment de solitude ?

Un matin à Oaxaca, au Mexique, après une bonne nuit de sommeil, je me réveille et m’extirpe maladroitement de mon sac de couchage. Je découvre alors que je n’ai pas dormi seule… Un scorpion s’échappe à son tour du duvet. Cri d’effroi en découvrant ce petit compagnon de chambrée mais plus de peur que de mal. Depuis cet épisode, quand je voyage dans des pays tropicaux, une inspection minutieuse s’impose avant chaque coucher !

Ton expérience la plus effrayante ? (celle presque digne d’un film d’horreur)

Mexique 25 Avril 2009 – 11AM – Monterrey, Mexique.
Nous sommes au lendemain de l’annonce de l’épidémie de grippe porcine. Nous décidons de nous mettre en route pour faire quelques provisions. Les rues sont désertes, les seuls courageux à être sortis de chez eux, portent des masques chirurgicaux sur le visage. Au supermarché, la file d’attente est interminable et les rayons sont presque vides. Apo(r)calypse Now, de vraies scènes de fin du monde, mais ça n’était pas encore pour cette fois-ci.

L’objet le plus bizarre que tu aies rapporté de voyage ?

La clé de la maison où je vivais en Irlande. Je ne verrouillais jamais la porte à clé et avais donc complètement oublié son existence, elle a fait le trajet retour dans mon sac à dos. Je la conserve précieusement en me disant que c’est une bonne raison d’y retourner.

As-tu déjà eu l’impression d’être un miraculé lors d’une expérience de voyage ?

Sur la route pour le carnaval de Veracruz, embouteillage monstre, notre bus aura deux à trois heures de retard. Première réaction, on râle, on peste. Puis, on nous apprend que ce retard est dû à un grave accident: un bus de la même compagnie, parti une heure plus tôt, a raté un virage… Une bonne étoile brillait au dessus de nos têtes ce jour là.

Qu’est-ce que tu détestes le plus en voyage ?

Quand ça se termine !

Par ici pour en savoir plus sur les aventures de Laetitia.

Les commentaires sont fermés.

x