Interview Blogueur : Olivier Ruel

Quelle est ta devise de voyage ? (la vôtre, ou la devise d’un grand sage)

« Il n’y a pas d’aventure sans mésaventure. »

Quelle est l’expérience de voyage qui t’a le plus bluffé (paysage, rencontre, évènements, insolite )

Mon premier voyage au Japon, un coup de foudre immédiat. Un pays superbe, un mélange assez bluffant entre traditions et modernité. Tokyo, par exemple, est une ville où l’on trouve absolument tout, où tout va à 100 à l’heure tout le temps, ce qui contraste avec Kyoto, une ville qui semble juste être déconnectée du temps depuis quelques centaines d’années. Et puis les gens  sont attachants, et la bouffe… holala la bouffe… je pourrais passer mes journées à le remplir le bide là-bas !

Le trajet le plus marquant

Un trajet assez court en fait : Bruxelles centre à Aéroport de Bruxelles, mais un trajet que j’ai fait à pied. Arrivé à la gare à 23h00 pour un vol tôt le lendemain matin, j’ai découvert à mon grand étonnement qu’il n’y avait déjà plus de train pour l’aéroport. J’aurais pu prendre un taxi ou une chambre d’hôtel, mais ça présentait l’inconvénient de ne pas être très rigolo. Disons pour être plus juste que j’aime bien les challenges, et quand le temps me le permet, j’aime bien faire les choses à ma manière. J’ai donc décidé de m’y rendre à pattes. Je ne sais pas si vous avez déjà testé les routes nationales de nuit et à pied, mais c’est assez folklorique, tout comme le moment où des flics se sont arrêtés sur le bas-côté pour me signaler que je n’avais rien à faire sur la route.

-Monsieur, qu’est-ce que vous faites là?
-Ben… je vais à l’aéroport (
sur le ton « non mais j’ai l’air de faire quoi là? « )
-Mais monsieur, vous n’avez pas le droit de marcher sur l’autoroute (
sur le ton « non mais il est con ou quoi lui? »)
-Vous préférez que je passe de l’autre côté de la barrière?
Il me lance alors un regard dans lequel se mêlent pitié, condescendance, et fatalité, puis me lance :
-Montez monsieur, on va vous amener.

C’est alors que je suis monté pour la première fois de ma vie dans un véhicule de police, un beau moment d’émotion.

As-tu déjà loupé ton avion de manière intentionnelle ? (Bon ça marche avec les bus, les bateaux, les taxis, les trains, les chameaux)

Intentionnellement non, mais une fois j’ai failli louper un vol après être arrivé 29 heures en avance à ma porte d’embarquement, la faute à un burrito ingurgité deux heures avant le départ. Une histoire sordide…

La rencontre de voyage la plus marquante (local, voyageur…)/Quel est l’endroit le plus bizarre dans lequel tu as dormi ?

Il y a une dizaine d’année de ça, je suis parti sur un coup de tête au Japon, sans rien avoir prévu, que ce soit un logement, ou le fait que ma CB ne marchait pas sur place. Du coup je suis arrivé à Shizuoka à 21 heures, sans un sou et sans logement. J’ai donc cherché un coin où pioncer tranquillement (et discrètement) à la belle étoile, et, quand j’ai trouvé mon bonheur, j’ai eu la chance de rencontrer un type adorable qui m’a filé un carton et prêté un oreiller pour la nuit. Quelques heures plus tard, on a été réveillé par un groupe de petites vieilles qui faisaient leur gym matinale, et on s’est joint à elles.

Un souvenir complètement génial et assez irréel.

Es-tu déjà resté quelque part suite à un coup de foudre: avec une personne, un lieu, une musique, un paysage? Regrettes-tu de ne pas être resté ?

J’ai pensé un temps m’installer au Japon, mais autant je trouve ce pays formidable en tant que touriste, autant je ne me retrouve absolument pas dans leur monde du travail qui fait passer l’entreprise et la compétitivité loin devant l’humain.

Quelle est la chose la plus bizarre que tu aies mangée intentionnellement ? Et non intentionnellement : ) ?

Intentionnellement: le natto. Sous ses airs de haricots au fromage fondu, il s’agit en fait de soja fermenté, et, comment dire… je ne pense pas avoir déjà mangé quoi que ce soit d’aussi répugnant de toute ma vie. C’est vraiment juste infâme.

Quant au non-intentionnel, bonne question. Une fois j’étais dans un restaurant à Séoul, et j’ai fait ce que je fais souvent au restau, prendre le plat au nom mystérieux dont le contenu m’est complètement inconnu. Et on m’a servi une soupe proprement immonde. A chaque fois que je plongeais ma cuillère dans mon énorme bol, je sortais un truc différent, toujours moins appétissant et toujours plus mauvais. Aujourd’hui je suis toujours incapable de dire ce qu’il y avait dans ce bol, et franchement je ne veux pas le savoir !

Ton plus grand moment de solitude ? (ça marche aussi avec la honte)

Houla, il y en a tellement ! Ça serait au choix entre :

-mon arrivée en Australie le lendemain du jour prévu (je n’avais pas compté qu’il me faudrait deux jours pour arriver à destination) alors que j’avais prévu un autre vol dans la foulée (enfin donc la veille)

-le moment où j’ai réalisé que j’allais dormir dehors à Shizuoka

-l’instant où j’ai répondu « journaliste » à la question « que faites-vous dans la vie » à l’ambassade de Chine alors que j’y faisais une demande de visa en urgence. Pas exactement la meilleure idée qui soit dans un pays qui n’est pas vraiment réputé pour sa liberté d’expression.

-ma balade nocturne à Bangkok, avec les chiens galleux et les rues inondées

-la fois où je sors mon pc pour bosser à Ho Chi Minh et où l’écran de mon portable se détache à moitié du socle, me laissant comme un con pour mes 11 heures d’escale

Ton expérience la plus effrayante ? (celle presque digne d’un film d’horreur) 

Mon tout premier restau au Japon, avec des amis, dans une petite échoppe sympa comme tout. Le hic c’est qu’on était attablés à côté d’une table de yakuzas enivrés. Au moment où l’on a terminé notre repas, les gérants nous ont incités à rester un petit moment avant de décoller pour nous assurer que les yakuzas partent avant nous et ne soient pas devant le resto quand on en sortirait.

Ton pire souvenir ? (crise de nerfs ou de panique)

Le moment où j’ai réalisé à deux heures du mat’ que j’avais paumé mon passeport alors que je devais partir aux Etats-Unis 8 heures plus tard. La crise de panique n’a pas duré trop trop longtemps. L’avantage à multiplier les pépins en voyages c’est qu’on s’habitue à s’y adapter plus vite et à comprendre qu’il n’y a, en voyages, quasiment aucun problème insoluble. J’ai finalement pu me faire faire un nouveau passeport dans la journée, modifier gratuitement mon billet en faisant des yeux de chat au comptoir, et ainsi sauver mon voyage.

La pire nuit ?

Une nuit dans un hôtel miteux à Hong Kong, à deux (non couple) dans un lit de 1m60 sur 1m20, à essayer de dormir avec les jambes levées contre le mur. D’autant plus chiant qu’on devait prendre un vol le lendemain matin et qu’on n’avait ni montre ni réveil. Du coup on se réveillait toutes les dix minutes, on allumait la télé et on attendait un quart d’heure que la chaîne d’info locale nous communique l’heure. Puis on se rendormait, avant de se réveiller, de rallumer la télé etc.

Ou comment passer une nuit de 6 heures complètement interminable.

As-tu déjà eu l’impression d’être un miraculé lors d’une expérience de voyage ?

Bonne question, en fait tout dépend si l’on considère qu’avoir pris l’avion à New York le 11 septembre 2001, et avoir été à Londres et Madrid lors des attentats dans leurs métros respectifs atteste d’une déveine incroyable, ou que ça fait au contraire de moi une sorte de miraculé permanent.

Qu’est-ce que tu détestes le plus en voyage ?

Les gens qui ne font pas d’efforts pour s’adapter aux gens et aux cultures qu’ils visitent, qui se conduisent comme des rois et qui supposent que c’est toujours à l’autre de faire l’effort.

Les commentaires sont fermés.

x